Isabelle d’Otreppe est co-fondatrice de Coucou Shop, un showroom dédié à la location de robes de soirée et la vente d’accessoires installé à Ixelles. Lancée il y a 5 ans, l’entreprise fait à présent face de nouveaux défis digitaux : mettre en place une plateforme de commerce en ligne pour faire face à la crise et s’ouvrir aux opportunités offertes par l’intelligence artificielle. 

Nous l’avons rencontrée dans le cadre du Rebound Program lors duquel le mic.brussels a organisé des sessions sur l’intelligence artificielle.  

Digitalisation pas à pas 

Coucou shop disposait au départ d’une page Facebook. Par la suite, Isabelle et son associée se sont lancées dans la création du site web puis d’une page Instagram pour attirer plus de clients. Leur digitalisation s’est donc faite de manière progressive, en s’adaptant au budget et aux besoins de l’entreprise, de plus en plus précis à mesure que cette dernière a gagné en maturité.   

La question de la mise en place d’un e-shop s’est imposée comme une évidence. Comme pour beaucoup d’autres entreprises, ce projet s’est concrétisé plus rapidement avec la crise sanitaire actuelle. En outre, l’entrepreneure envisageait la conception d’un chatbot pour faciliter la gestion des demandes de sa clientèle. Elle a donc participé à la formation du mic.brussels afin d’évaluer les possibilités stratégiques offertes par l’intelligence artificielle.  

Se former au digital et à l’intelligence artificielle  

Il existe de nombreuses initiatives pour se former au digital et à l’intelligence artificielle, comme Elements of AI ou AI for Business ou encore la AI School.  

Isabelle d’Otreppe souligne que l’offre en formation est très large mais que le plus important réside dans le fait de choisir un programme adapté aux besoins et aux compétences internes de l’entreprise. Cette tâche n’est pas toujours aisée car il s’agit au préalable de :  

  • Comprendre les besoins actuels de l’entreprise, mais aussi à long terme.  
  • Être capable de libérer suffisamment de temps pour y participer activement. 
  • Autoévaluer son niveau de compétences pour déterminer si notre profil correspond à celui de la formation, sachant qu’il n’existe pas de réel cadre de référence à ce sujet.  
  • Assumer l’éventuel coût financier lié à ces formations. 

Il revient donc aux entrepreneurs de se situer par rapport à cette offre afin de choisir celle qui convient le mieux à leurs besoins et à leur budget. L’aspect financier est d’ailleurs considéré comme un frein important à l’implémentation de davantage de digital. Pour rappel, la Région bruxelloise propose des primes à la consultance et à la formation, accessibles aux PME et TPE sous certaines conditions.  

Ces dernières années, les PME ont pris conscience de la nécessité d’intégrer les outils digitaux dans leur quotidien professionnel et des nombreuses possibilités offertes par le digital. Cependant, peu d’entre elles ont passé le cap de l’intelligence artificielle et ont appréhendé la valeur ajoutée que cette technologie apportera à leurs activités.  

S’ouvrir à l’intelligence artificielle en tant que TPE : Oui, mais comment et par où commencer ? 

Se poser les bonnes questions  

Même si cela représenterait un tremplin pour son entreprise, Isabelle réalise que l’implémentation d’un chatbot n’est pas pour tout de suite. De cette formation, elle retient notamment la nécessité d’évaluer la rentabilité du projet au regard des performances souhaitées en matière d’intelligence artificielle. Elle conclut que pour être efficace, « il faut réussir à trouver le bon équilibre entre travailler dans son business et travailler sur son business ». 

Le recours à des outils, tel que l’AI Value Canvas, permet notamment de nourrir les réflexions à ce sujet. Ces modèles aident les entreprises à visualiser le cheminement stratégique à adopter en la matière.  

L’intelligence artificielle n’est donc pas réservée qu’aux développeurs IT et aux multinationales. Elle représente un avantage concurrentiel pour les entreprises, même de plus petite taille. Si les PME et TPE ne perçoivent pas toujours l’IA comme une priorité immédiate, il est essentiel pour elles de s’informer sur cette technologie et définir sous quelle forme elle peut constituer un plus pour le développement de l’entreprise. 

La troisième édition de la formation AI du mic.brussels pour les profils business francophones débutera en février prochain. Si vous souhaitez vous tenir informé de cette initiative, nous vous invitons à compléter le formulaire suivant : https://bit.ly/33Gae0e  

Laisser un commentaire